Victoria TAULI-CORPUZ (Membre du Comité, depuis 2013)

Victoria Tauli-Corpuz (Philippines) est une indigène issue des peuples Igorots dans la région de la Cordillère aux Philippines.  Elle est la fondatrice et la directrice exécutive de la Fondation Tebtebba (Centre international des peuples autochtones pour l’éducation et la recherche sur les politiques).

Son combat en faveur de la défense des peuples indigènes sur la scène internationale a commencé lorsqu’elle a pris position, dans les années 1970, contre la Banque mondiale et le régime de Marcos qui essayaient de construire un barrage sur le territoire de son peuple. Obligée d’aller hors des frontières de son pays pour aider à protéger son peuple, elle contribua activement à demander la reconnaissance des droits des indigènes auprès de grandes institutions internationales, y compris de nombreuses sociétés minières internationales et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) dont les règles encourageaient de nombreux autres investisseurs à venir mener des activités d’extraction de ressources naturelles destructrices sur les territoires autochtones.

Elle a présidé l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones de 2005 à 2010. En outre, ses travaux ont largement contribué à l’adoption, en 2007, de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Après 25 ans de campagne des peuples autochtones pour l’approbation de la Déclaration, Mme Tauli-Corpuz a exhorté l’International Forum on Globalization (IFG) de jouer un rôle central dans la création d’une alliance d’organisations non gouvernementales et non autochtones afin d’insuffler le dernier élan mondial nécessaire à la finalisation de la Déclaration.  Depuis lors, elle a œuvré pour que la Déclaration s’applique directement à la prise de décisions des gouvernements, plus récemment dans les Accords de Cancún de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ; c’est la première fois qu’un accord relatif aux droits humains internationaux est inclus dans un accord environnemental multilatéral. Elle a également co-écrit Paradigm Wars: Indigenous Peoples Resistance to Globalization (2007) avec Jerry Mander.

En 2014, le Conseil des droits de l’homme a nommé Mme Tauli-Corpuz rapporteuse spéciale sur les droits des populations autochtones.


0

Your Cart