Document de recherche 33- Nov. 2010

L’importance d’une répartition équitable de l’espace atmosphérique pour le développement.

Il est important d’établir des objectifs environnementaux consistant à fixer un seuil de réchauffement maximal et à réduire les émissions mondiales en fonction de celui-ci. Les gouvernements doivent dans le même temps s’entendre sur les mesures à établir, notamment sur la répartition des rôles entre les pays développés et les pays en développement. Pour cela, les pays devront s’accorder sur la définition d’une « répartition équitable » des responsabilités entre ces pays en termes de réduction des émissions.

Le concept de « répartition équitable » soulève la question des responsabilités historiques et des différences de capacité entre les pays.

Dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les pays développés ont admis que dans la mesure où ils sont les principaux responsables de la présence dans l’atmosphère d’une grande partie des gaz à effet de serre, ils doivent jouer un rôle prééminent dans l’effort d’atténuation, tout en aidant les pays en développement à prendre des mesures de lutte contre les changements climatiques à l’aide de transferts financiers et technologiques.

Les débats de la CCNUCC portent essentiellement sur l’atténuation des effets des changements climatiques, l’adaptation à ces effets, le financement, la technologie et la « vision commune », notamment sur la détermination d’un objectif global à long terme de réduction des émissions. Ces enjeux sont interdépendants et sont comparables à un puzzle à reconstituer ; une caractéristique à prendre impérativement en compte durant les négociations.

Le document de recherche n°33 vise à contribuer à l’examen des impératifs de l’environnement, du développement et de l’équité, qui sont au cœur du lien entre le climat, le développement et l’équité.

Télécharger


Marqué par : , , , ,

0

Your Cart