Document de recherche 50- Février 2014

Les erreurs de gestion de la crise aux États-Unis et en Europe, leurs effets sur les pays en développement et leurs conséquences à plus long terme 

Nombreux sont ceux qui ont peur qu’une nouvelle crise survienne avant même que l’économie mondiale n’ait pu se remettre totalement de la crise qui a éclaté il y a cinq ans.  Cette peur vient principalement du fait que les causes profondes des problèmes mondiaux, à savoir l’instabilité financière, les inégalités et l’insoutenabilité des positions de la balance des paiements, n’ont pas été traitées et se sont même intensifiées à cause des politiques malavisées qui ont été appliquées en réaction à la crise aux États-Unis et en Europe. 

Les mesures politiques prises aux États-Unis et en Europe en réaction à la crise n’étaient pas assez audacieuses pour relever les défis.  D’abord, les États ont été réticents à mettre fin au surendettement à l’aide d’une restructuration opportune, ordonnée et complète de la dette, en annulant une partie, pour éviter le repli et la déflation.  Ils ont préféré sauver les créanciers, imposant l’austérité aux débiteurs.  Ces mesures ont prolongé les mesures de désendettement et la baisse des dépenses.  Elles ont également aggravé les inégalités de richesses et de revenus, creusant l’écart déflationniste.

Télécharger


Marqué par : , , , , , , , , ,

0

Your Cart