Rapport sur les politiques 20- Août 2015

Internationalisation de la finance et nouvelles sources de vulnérabilité des économies émergentes et en développement : le cas de la Malaisie

Dans un récent document de recherche publié par le Centre Sud (2015), Akyüz affirme qu’après une succession de crises aux lourdes conséquences socio-économiques dans les années 1990 puis au début des années 2000, les économies émergentes et en développement se sont intégrées plus étroitement encore dans un système financier international dont l’instabilité inhérente est largement reconnue. Non seulement les ramifications transfrontalières traditionnelles se sont accentuées et les positions extérieures ont rapidement gonflé, mais la présence de non-résidents sur les marchés obligataires, boursiers, de l’immobilier et du crédit a atteint des niveaux sans précédent. De nouvelles voies de transmission des turbulences financières dues à l’alternance de cycles rapides d’expansion et de récession sont donc apparues.Presque toutes les économies émergentes et en développement sont exposées aux effets des turbulences, peu importe la position de leur balance des paiements, leur dette extérieure, leurs avoirs extérieurs nets et la position de leurs réserves internationales même si l’ampleur des conséquences que les turbulences peuvent causer dépend fortement de ces éléments.

Le présent rapport se base sur le cadre élaboré dans le document de recherche pour étudier de plus près le cas de la Malaisie et évaluer dans quelle mesure le pays est exposé aux risques qu’implique l’instabilité croissante des mouvements de capitaux internationaux.

Télécharger

 


Marqué par : ,

0

Your Cart